Barrière virtuelle, les éléphants annoncent leur visite…

Au Kenya, certains éléphants du parc d’Ol Pejeta, pillent régulièrement les récoltes des cultures des paysans aux alentours de la réserve ce qui n’aide pas à l’entente entre éléphants et cultivateurs.
Pour mettre fin à la guerre de voisinage des habitants et des éléphants, les rangers du parc ont décider de tester le SMS d’éléphant.
Ce n’est pas un canulard…
les rangers ont donc placé une carte SIM dans le collier de Kimani, dernier pillard survivant, et mis en place une clôture virtuelle, en utilisant un GPS reflétant les limites du parc.
Chaque fois que Kimani approche la barrière virtuelle, son collier envoie un SMS aux rangers.

Ce système semble efficace pour les cultures, car Kimani s’est déjà fait prendre 15 fois en train de tenter de se faire un repas copieux… Alors qu’il avait pris l’habitude de festoyer pratiquement toute les nuits, Kimani ne s’est plus approché du champ d’un fermier depuis quatre mois (SMS oblige !).

Il ne reste plus qu’à penser à renouveler les piles du colier d’ici quelques temps et aux rangers de continuer à lire à temps les SMS… pour arriver sur les lieux et chasser les éléphants gourmands avant dégâts.

L’expérience avec Kimani est un succès, et du coup, une autre clôture virtuelle a été dressée dans une autre partie du pays, pour un éléphant connu sous le nom de Mountain Bull.
Mais l’effet le plus positif à ce jour est la chute rapide des raids sur les plantations.
Ainsi, pister et contrôler un seul pillard permet à tout un groupe de changer ses habitudes, car les éléphants se communiquent leur expérience et enseignent les plus jeunes.

2 réponses sur “Barrière virtuelle, les éléphants annoncent leur visite…”

  1. On n’arrête pas le progrès! A quand les éléphants communiquant entre eux, pour se prévenir qu’un ranger vient les empêcher de ripailler en paix ? Cette histoire m’amuse beaucoup et prouve en tout cas qu’on peut agir pour prévenir les dégradations faites par les animaux, sans les blesser ni les tuer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *