Modelage de Salamandres


La salamandre, pour moi, c’est avant tout une pensée pour Audrey…
Ici, les salamandres, après modelage dans de l’argile grise, sèchent en attendant d’être retravaillées pour finition .
© Michèle Ruffin

Après quelques corrections de leurs courbes, elles sont délicatement polies, la terre est encore très fragile puisque crue.
Ensuite, vient le choix du décor.
Pour celles ci, c’est un décor à l’engobe qui a été retenu appliqué au pinceau. Une salamandre traditionnelle, dans les tons de noir et jaune, les deux autres seront plus libertines, un merci à Psyki qui m’en a donné l’idée.


Maintenant, les salamandres vont continuer de sécher pour pouvoir subir la première cuisson (biscuit)

(je cuis à une température assez élevée pour révéler la couleur de l’argile et permettre à la salamandre de pouvoir hiberner dehors – risque de gel – ce qui est un comble pour une salamandre devoir se protéger des risques de gel quand on sait que la salamandre d’un point de vue mythique était connu pour loger dans le feu.)

Et c’est parti pour une première cuisson…
L’aspect final des objets dépend de la température infligée au-delà de 900°C.
La vitrification, peut être menée à terme ou presque, laissant une résultat plus ou moins poreux ou totalement imperméable.
Il ne reste plus qu’à attendre environ 30 heures pour voir l’ampleur des dégâts (je me demande si je n’ai pas trop chargé mon four…). A suivre…

4 réponses sur “Modelage de Salamandres”

  1. Trés sympa!!
    et puis, je voudrai bien une compagne à la mienne pour qu’elles fassent la causette ensemble en se dorant au soleil!!!!
    (est-ce qu’il est possible de t’en acheter une?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *