Le Livre d’ « A »

le livre d' "A" © Michèle Ruffin
Le livre…
sans écrire un roman que ferait on sans livres…
Un livre est un ensemble de pages reliées entre elles et contenant des signes destinés à être lus, un document écrit transportable, formant une unité et conçu comme tel…

Victor Hugo disait dans les Misérables : « Les livres sont des amis froids et sûrs. »
le livre d' "A" édition 1977Voilà le thème que j’ai retenu parmi 3 autres proposés lors de mon stage de fin d’année chez
Suzanne Capdevielle et qu’avec ses précieux conseils
j’ai mis en couleur…
jouant avec l’émail,
les oxydes
et tout un tas de produits qui font le secret des conseils de Suzanne
pour arriver
à l’obtention
de « la » teinte souhaitée…

le livre d' "A" pour AIl est des personnes que je ne vois pas sans livres
Il est des personnes pour qui la salamandre a une grande symbolique
La salamandre, baffie ou lebraude est un reptile légendaire qui était réputé vivre dans le feu et s’y baigner, et ne mourir que lorsque celui-ci s’éteignait.
Il y a des personnes qui ont des prénoms commençant par la lettre A
Il y a des personnes qui sont nés en 1977
Alors pour « une de ces personnes » qui j’espère se reconnaîtra
j’ai laissé courir mon imagination
et avec l’aide de mon maître j’ai pu réalisé cette sculpture pour le moins unique… « Le Livre d’ « A »  »
première sculpture de l’année 2011…

le livre d' "A" © 2011 _ Michèle Ruffin

Secrets de four 27

secrets de four 27Les joies de la céramique
De nouveaux cœurs d’éléphant,
dont un spécial
pour Cédric et Isabelle
qui viennent de se marier…
un essai de banane
Un nouveau papillon
et toujours et encore des magnets…
avec un modèle salamandres, un nouveau design d’oie et un essai de pingouin
et (parce qu’il ne faut pas s’oublier) mon nouveau petit éléphant qui aura droit à sa page rien que pour lui.
secrets de four 27 - couleurs d'été

Secrets de four 13

Encore et toujours, la magie opère…
L’attente est toujours aussi insupportable…
Dur l’apprentissage de la patience…

J’ai essayé la technique d’émaillage par aspersion sur mes cœurs, c’est amusant de voir le résultat… j’ai l’impression que l’émail a moins adhéré !
alors que le sous plat avec des cœurs a profité de la même technique, le résultat est tout autre !
peut être est ce du au fait que mes cœurs y sont passés 3 fois alors que le sous plat qu’une fois…
Il va falloir que je me documente sur la question…. 🙂
Mon troisième hérisson a des oreilles (et oui, il parait qu’un hérisson a des oreilles… pas aussi visibles que celles d’un éléphant, mais il en a !), et se rapproche en teinte du premier, je vous les montrerai ensemble plus tard…

Secrets de four 12

cuisson 1020°


un saladier, Dali 03 « éléphant alsacienne » revenant de la guerre (mais je vous en parlerai plus tard), des boutons, et surtout des retouches sur mes barrettes paréos, une salamandre (4e du nom !) et un hérisson n°2

barrettes à paréos, ou porte serviette ou suivant l’utilisation bijou !
Ces objets ont eu droit à une cuisson supplémentaire pour retouches sur les conseils de « mon Maître » car je n’avais pas émaillé les contours de la pièce, ce qui en cas de port en broche (exemple joint) ne donnait pas une impression de finition délicate.

Les finitions…
parlons en !
je crois que je ne suis bonne que pour le gros oeuvre

🙂

Hérisson
toujours en argile gris
avec jeu d’émail vert antique, été indien et noir…

Salamandre n°4
rayée dans des tons bleu cobalt et aubergine…

Secrets de four 8

2e cuisson

Un vrai pot pourri, la suite des fèves « poker », un plat éléphant, un cendrier ou coupelle cochon, un porte carte de visites, un cache pot, des suspensions vaches… juste de quoi faire le plein d’un four !


Plaque Atelier « le colibri » destinée à Brigitte / Salamandres
Ce qu’il y a de bien c’est que sur la photo, on ne voit pas la fissure survenue lors de la cuisson biscuit et qui heureusement ne s’est pas accentuée à la deuxième cuisson (je sais il faut laisser le temps au temps, mais j’ai si peu de temps…)
🙂

Coupelle blanche faite par Juliana


Jean l’éléphant a troqué sa tenue pour indiquer le numéro 23

Modelage de Salamandres


La salamandre, pour moi, c’est avant tout une pensée pour Audrey…
Ici, les salamandres, après modelage dans de l’argile grise, sèchent en attendant d’être retravaillées pour finition .
© Michèle Ruffin

Après quelques corrections de leurs courbes, elles sont délicatement polies, la terre est encore très fragile puisque crue.
Ensuite, vient le choix du décor.
Pour celles ci, c’est un décor à l’engobe qui a été retenu appliqué au pinceau. Une salamandre traditionnelle, dans les tons de noir et jaune, les deux autres seront plus libertines, un merci à Psyki qui m’en a donné l’idée.


Maintenant, les salamandres vont continuer de sécher pour pouvoir subir la première cuisson (biscuit)

(je cuis à une température assez élevée pour révéler la couleur de l’argile et permettre à la salamandre de pouvoir hiberner dehors – risque de gel – ce qui est un comble pour une salamandre devoir se protéger des risques de gel quand on sait que la salamandre d’un point de vue mythique était connu pour loger dans le feu.)

Et c’est parti pour une première cuisson…
L’aspect final des objets dépend de la température infligée au-delà de 900°C.
La vitrification, peut être menée à terme ou presque, laissant une résultat plus ou moins poreux ou totalement imperméable.
Il ne reste plus qu’à attendre environ 30 heures pour voir l’ampleur des dégâts (je me demande si je n’ai pas trop chargé mon four…). A suivre…

salamandre


La salamandre, dragon miniature, désigne en mythologie l’être élémentaire associé à l’élément Feu des Anciens.
En zoologie, la salamandre n’est pas considéré comme un lézard mais comme un amphibien, un batracien.
La salamandre d’un point de vue mythique était connu pour loger dans le feu. Elle ne disparaissait qu’avec l’extinction des flammes qui l’avaient vu naître.
Diverses légendes lui prêtent des pouvoirs mauvais de reptile maudit disant que la salamandre peut par sa morsure rendre un homme chauve voir le tuer ou tuer en empoisonnant l’eau d’un puits ou encore tuer en grimpant dans un arbre pour empoisonner ses fruits.
En héraldique, la salamandre est l’ animal utilisé par François Ier accompagnée de la devise : « Nutrisco et extinguo » (Je m’en nourris et j’éteins) comme emblème royal.
Son aspect particulier la rend difficile à confondre avec une autre espèce : un long corps noir pouvant avoir jusqu’à 20 cm et la peau luisante tacheté de jaune (parfois d’orange) . La salamandre a d’une démarche pataude et se déplace avec lenteur.
La salamandre se défend en secrètant du samandarin (une neurotoxine).
La salamandre a aussi la particularité de pouvoir régénérer rapidement des parties blessées de son corps.