Art ethnique aux Caraïbes

En République Dominicaine, l’art ethnique s’impose comme étant réalisé sous l’emprise de plantes hallucinogènes (inhalation de la poudre de la Cohoba)
Le yopo est une poudre fortement hallucinogène en raison de la présence d’alcaloïdes indoliques, prisée comme le tabac. La poudre à priser est préparée avec les graines que produit l’Anadenanthera peregrina – un arbre de la famille des Légumineuses dont les fruits (gousses) contiennent entre six et douze graines. Cet arbre atteint 20 mètres de hauteur et de 60 cm de diamètre

dieu en position cérémoniale Cemi
représente un dieu
au cours d’une cérémonie religieuse Tainos
qui selon leurs croyances religieuses
communique avec leurs dieux
en prenant
la position
de chef behique
dans le rite de Cohoba

« Il n’y a pas de mal à se faire du bien… »
Chez nous on dit que cela rend sourd, tout est visiblement une question de culture puisqu’ailleurs cela facilite la communication !

_____________________________ 🙂
chef-cacique
L’opposition complémentaire entre le chef (cacique)
et le sorcier (behique) symbolise la dualité des frères jumeaux siamois avec l’alternance entre le jour et la nuit, le soleil et la lune, la vie et la mort. Le chef et le sorcier, tous deux chamanes, correspondent avec les esprits sous l’effet des narcotiques.
art_soleil_
Anthropomorphe soleil

Le soleil se lève
de la grotte de Mautiabibuel
(fils de l’aube ou Seigneur de l’aube)
où il revient se cacher
quand la lune se lève.
_____________________________
Anthropomorphe Lune
Anthropomorphe lune
la lune
se lève de la grotte de Mautiatibuel
(fils de l’aube ou le dieu de l’aube),
à la tombée de la nuit
et y revient quand le soleil se lève
_____________________________
Cette dualité complémentaire symbolise le cycle de la vie.

Dieu de la CohobaDieu de Cohoba
Ce dieu CEMI
portait une plaque sur sa tête,
contenant une poudre la cohoba
qui est inhalée au cours de la cérémonie religieuse propre aux Tainos.
C’est le rituel de Cohoba,
La plus importante cérémonie Tainos…
Le rite de la cohoba
Au cours de cérémonies religieuses, le behíque dialogue avec les dieux. Pour cela il s’introduit dans le gosier une spatule pour vomir et se purifier avant de se livrer au Cemí puis il inhale sa poudre hallucinogène.
Parvenu à l’extase, il dialogue avec les dieux pour connaître leurs desseins.

________________________________________
Shaman ou behiqueShaman ou behique « Witch Doctor »
un sorcier, qui savait tout sur les plantes, la médecine naturelle, et les substances responsables de la guérison des maladies
Prêtre qui conduit la cérémonie Cohoba et mène les rituels religieux (directeur du rite de cohoba)
Les behíques sont des chamans chargés de la vie religieuse, des pratiques curatives et divinatoires, et des rites initiatiques.

Les Taïnos, ou Tainos, sont considérés comme une ethnie amérindienne faisant partie du groupe des Arawaks, qui occupait les grandes Antilles lors de l’arrivée des Européens au XVe siècle.
Des sites de peuplement datant d’à partir du VIIIe siècle ont été répertoriés dans les Grandes Antilles, principalement à Quisqueya, renommé « La Española » (actuelle République Dominicaine et Haïti)

totem

9 réponses sur “Art ethnique aux Caraïbes”

  1. Evidemment à chaque culture ses rituels et ses coutumes ainsi que les symboles la sculture en fait partie !
    Je ne connaissais pas celle ci une vrais decouverte !
    Merci CEC

  2. merci de ton passage, tu m’as bien fait rire ;o)
    s’il te reste un peu d’énergie, tu peux toujours voter ce soir… dis pas non, tu reviens de vacances quand même !!! 😀

  3. ça y est tu est rentrée !!! J’espère que tu n’as pas abusé des plantes hallucinogènes ?? Hihihi !
    Ma voisine aussi est rentrée de vacances et m’a ramené un petit cadeau…euh non…une enveloppe venant de toi qui était dans sa boite aux lettres depuis pfff… tout ce temps sans savoir !!! Merci ma belle, ma minette t’embrasse très fort !
    Grosses bises

  4. merci pour cette découverte!!!
    t’as pas trouvé une p’tite statuette d’éléphant?!?!!…euuuuhhhh!! sorry.. c’est vrai qu’il ne doit pas y en avoir beaucoup à Punta Cana… ma culture est en berne en ce moment….

  5. Les indiens tainos sculptaient la pierre, le bois, les coquillages et réalisaient aussi des poteries.
    Ils faisaient des statues appelées trois pointes ou trigonolites pour entrer en communication avec les dieux. Ils réalisaient des pilons et de mortiers utilisés entre autres pour préparer la « cohoba ». Ils utilisaient des spatules vomitives avant toute cérémonies ainsi que des inhalateurs et des petits pots. Ils portaient autour du cou des pendentifs (zémis). Ces objets symboliques reorésentaient pour la pluparts des humains, des chouettes, des tortues, des lézards, des chauve-souris et des personnages mi-humain mi-animal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *