« Pages blanches »

« When your day is long
And the night, the night is yours alone
When you’re sure you’ve had enough
Of this life, well hang on
Don’t let yourself go
‘Cause everybody cries
And everybody hurts sometimes »

REM – Everybody_Hurts
la page blanche du présent qui laisse sans voix
"page blanche" © Michèle Ruffin

page blanche © Michèle Ruffin

Pages Blanches

« Un mental qui s’écoute
et je perds la route
Dans ce grand manuscrit
Où s’écrit mon histoire
déboires, espoirs
peur et soucis aussi…
Témoin obligé
de livres trop tôt terminés,
refermés par accident aux premiers chapitres,
achevés ou gribouillés…

page blanche © Michèle Ruffin

J’arrive aux deux tiers
étonnée d’être entière.
A se dire et se relire
tout à mes questionnements
on oublie de vivre le présent
ne plus se juger, vivre l’instant
être l’énergie de son livre…
trouver les mots pour le dire
Ecrire enfin le moment présent
pour ne pas laisser les pages blanches… »

© Michèle Ruffin – États d’âme « Pages blanches » – mai 2015

__________________________________
sculptures céramique réalisées en stage « Sculpture figurative »
___________________________________

Petit, on essaye de grandir ou survivre pour certains
Ados, on refait le monde avec toute la méconnaissance ou inexpérience de la vie
Adulte, on court après le temps, l’argent, travail, enfants, loisirs…
et vient le temps où… tout cela est dépassé…
A l’aube de mon dernier tiers de vie, il me paraît essentiel de finir ce chemin en harmonie avec mon moi profond, ce moi que je ne connais pas vraiment ou que j’ai fui si souvent…
page blanche © Michèle Ruffin

Dans mes différentes quêtes je suis tombée sur une traduction d’un poème de Charlie Chaplin écrit pour ses 70 ans… que j’ai envie de partager ici.

Le jour où je me suis aimé pour vrai,
J’ai compris qu’en toutes circonstances,
J’étais à la bonne place, au bon moment.
Et, alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui je sais que ça s’appelle….

Estime de Soi.

Le jour où je me suis aimé pour vrai,
J’ai pu percevoir que mon anxiété et
Ma souffrance émotionnelle,
N’étaient rien d’autre qu’un signal
Quand je vais contre mes convictions.
Aujourd’hui je sais que ça s’appelle…..

Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai,
J’ai cessé de vouloir une vie différente
Et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive,
Contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui je sais que ça s’appelle….

Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai,
J’ai commencé à percevoir l’abus dans
Le fait de forcer une situation, ou une personne,
Dans le seul but d’obtenir ce que je veux,
Sachant très bien que ni la personne ni moi-même
Ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment…..
Aujourd’hui je sais que ça s’appelle….

Respect.

Le jour où je me suis aimé pour vrai,
J’ai commencé à me libérer de tout ce
Qui ne m’était pas salutaire….
Personnes, situations, tout ce qui
Baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui je sais que ça s’appelle….

Amour Propre.

Le jour où je me suis aimé pour vrai,
J’ai cessé d’avoir peur du temps libre
Et j’ai arrêté de faire de grands plans,
J’ai abandonné les méga projets du futur.
Aujourd’hui je fais ce qui est correct, ce que j’aime,
Quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui je sais que ça s’appelle….

Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé
De chercher à toujours avoir raison, et me suis
Rendu compte de toutes les fois ou je me suis trompé.
Aujourd’hui j’ai découvert…

L’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé
De revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui je vis au présent,
Là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui je vis une seule journée à la fois
Et ça s’appelle…..

Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour vrai,
J’ai compris que ma tête pouvait
Me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur
Elle devient une alliée très précieuse
Tout ceci est….
Savoir Vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter….
Du chaos naissent les étoiles.
Aujourd’hui je sais que ca s’appelle…
La Vie!

Et pour ceux à qui tout cela parle, allez vous perdre sur les antisèches du bonheur, le bonheur s’y trouve certainement….

Cinquante Cinq ou 55

11 dit Onze fut une première
22 dit Vingt et deux, une seconde
33 dit Trente Trois, une autre chose de faite
44 dit Quarante Quatre, encore une autre étape
et
55 dit Cinquante Cinq, un cinquième cap

« Quand on a cinq ans, on sait son âge – au mois près. Même à vingt ans, on sait son âge. J’ai vingt-rois ans, dit-on, ou vingt-sept. Puis, à la trentaine, un étrange phénomène se produit. Ce n’est qu’une simple hésitation, au début. Quel âge as-tu ? Oh, j’ai… – dit-on avec assurance, et là on cale. On allait dire : trente trois, mais on n’a pas trente-trois ans. On en a trente-cinq. Et là, c’est embêtant, car on se demande si c’est le commencement de la fin. C’est le cas, bien sûr, mais il se passera des dizaines d’années avant qu’on ne l’admette. »
Sara Gruen – De l’eau pour les éléphants

En faisant le bilan
on ne sait pas trop s’il faut
se réjouir de voir tout le chemin parcouru
ou
pleurer de voir le peu potentiel qu’il reste à faire…. 66, 77, 88, 99 et le tour sera fini parce que 111 c’est tout de même un peu trop 🙂

A 55 ans, on se console en se disant qu’on a eu la chance d’avoir tenu ce temps contrairement à certains qui nous ont déjà fait faux bond…
On se dit qu’à ce stade
la sagesse devrait finir par venir s’installer
et que l’on va enfin prendre le temps de vivre…
On regarde ses enfants partir…

« Et on repart vers la centaine
Un demi siècle dans les reins … »

Envoi ce jour 27 août 2012 de ces cartes maximaphilie "Chachémoi"
Maximaphilie "Chachémoi" - premier envoi 27/08/2012


« Relativiser,
il paraît
que
cela
fait partie
d’un
processus
qui
s’appelle
vieillir. »

Philippe Labro

Noces de perles

A l’origine…
une rencontre

A l’époque Jean Michel Schonberg chantait
Le premier pas, J’aim’rais qu’elle fasse le premier pas.
Je sais que cela ne se fait pas.Pourtant j’aim’rais Que ce soit elle qui vienne à moi,Car, voyez vous, je n’ose pas Rechercher la manière De la voir, de lui plaire, L’approcher, lui parler, Et ne pas la brusquer,Lui dire des mots d’amour Sans savoir en retour
Si elle m’aimera Ou refusera ce premier pas.

Des fiançailles,


des préparatifs
en attendant
le jour J
soit
vous l’aurez compris
le 27 février 1982

en cela
30 ans après
rien n’a changé…
« Rien n’a changé et pourtant tout est différent
Rien n’est pareil et pourtant tout est comme avant »

Fête d’origine Païenne, au départ on ne fêtait que les noces d’argent (25 ans), les noces d’or (50 ans) et les noces de diamant (75 années de mariage) pour ceux qui y arrivaient 🙂

La vie a deux devenant de plus un plus un exploit et une affaire commerciale aussi fait apparaitre la célébration des anniversaires intermédiaires : coton un an, étain 10 ans…. (ça c’est ceux que moi j’ai fêté…)

l’anniversaire de mariage est donc une façon de fêter l’union de deux personnes et surtout de ce remémorer cette union ; chacun le célèbre à sa façon
un petit mot, des fleurs, un cadeau, une sortie un restaurant ou encore un week end ou un voyage pour se témoigner son amour.

1 an Coton / 2 ans Cuir / 3 ans Froment / 4 ans Cire / 5 ans Bois
6 ans Chypre / 7 ans Laine / 8 ans Coquelicot / 9 ans Faïence / 10 ans Étain
11 ans Corail/Zinc / 12 ans Soie / 13 ans Muguet / 14 ans Plomb / 15 ans Cristal
16 ans Saphir / 17 ans Rose / 18 ans Turquoise / 19 ans Cretonne / 20 ans Porcelaine
21 ans Opale / 22 ans Bronze / 23 ans Béryl / 24 ans Satin / 25 ans Argent
26 ans Jade / 27 ans Acajou / 28 ans Nickel / 29 ans Velours /30 ans Perle

30 ans de partage, de guerre et paix, de construction et blessures ; de rêves et projets plus ou moins réalisés, de contraintes et plaisirs partagés, 30 années passées à être la moitié d’un ensemble…
Et les parents de 4 bouts de lui, de moi, de nous…

_____________________________________________________


Deux façons de dire les choses… au choix 🙂

« Si tu crois un jour qu’je t’laisserai tomber pour un détail pour une futilité n’aie pas peur je saurais bien faire la différence
Si tu crains un jour qu’je t’laisserai fâner la fin de l’été, un mauvais cap à passer n’aie pas peur personne d’autre n’pourrait si facilement te remplacer
oh non pas toi vraiment pas toi
parce que c’est toi le seul à qui je peux dire qu’avec toi je n’ai plus peur de vieillir
parce que c’est toi rien que pour ça
parce que j’avoue j’suis pas non plus tentée d’rester seule dans un monde insensé »
Axelle Red

Le temps est assassin

Hector Berlioz écrivait
« Le temps est un grand maître.
Le malheur, c’est qu’il tue ses élèves. »

il faut malheureusement reconnaître qu’il y a un peu de vrai…

mais il vaut mieux en rire qu’en pleurer !

Paroles extraites de la chanson de 1986 de Renaud

A m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder les gens tant qu’y en a
Te parler du bon temps qu’est mort ou qui r’viendra…

…Te raconter un peu comment j’étais mino
Les bonbecs fabuleux qu’on piquait chez l’ marchand
Car-en-sac et Minto, caramel à un franc
Et les mistrals gagnants


…Te raconter surtout les carambars d’antan et les cocos bohères
Et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres
Et nous niquaient les dents
Et les mistrals gagnants

…Te raconter enfin qu’il faut aimer la vie
Et l’aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants

Toute petite parenthèse,

pour vous faire partager une information
vitale

aujourd’hui,

encore une fois,

j’ai un an de plus…

cela commence à chiffrer
2, 6, 18, 24, 50, 53…

mais je n’ai pas encore trouvé la recette pour remédier à cet état de fait
on part du principe que j’ai neuf mois sur la première image
j’imagine que je dois avoir 6 ans sur la deuxième photo
ce qui lui donne un âge de 48 ans donc 54 pour ma pomme…

Petit clin d’œil
aux jolies coupes
que
l’on me réservait dans ma tendre enfance
et
qui explique que depuis que je suis en âge de me gérer
j’ai fui les coiffeurs comme la peste
et
ai opté pour les cheveux longs…
et aussi aux carambars
qui à raison de 5 centimes le carambar
m’ont valu des conversions qui font encore rire le peu d’amis de l’époque qu’il me reste…

doucement mais surement le gris entre en moi

mais à ce jour
je ne triche pas encore…
et me refuse encore aux teintes miracle
voilà
pour vous
qui vous demandez à quoi ressemble Eléphant Gris !

un éléphant parmi tant d’autres 🙂


Combien de temps…
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures combien?
Quand j’y pense mon cœur bat si fort…
Combien de temps… Combien
Je l’aime tant, le temps qui reste…
Je veux rire, courir, parler, pleurer,
Et voir, et croire Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Voler, chanter, partir, repartir
Souffrir, aimer
je l’aime tant le temps qui reste

Combien de temps… Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je veux des histoires, des voyages…
J’ai tant de gens à voir, tant d’images..
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes, Des très intelligents et des cons, C’est drôle, les cons, ça repose, C’est comme le feuillage au milieu des roses…
Combien de temps…
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?

Serge Reggiani – LE TEMPS QUI RESTE – Paroles: Jean-Loup Dabadie, musique: Alain Goraguer, 2002

J’expose et… pose !

Matzenheim Rentree des Arts _ 2010Eléphant Gris vu par ANNIMAGE PLANETE © Anne BucherQuand je pars faire une exposition
c’est toujours
pour moi
un peu beaucoup
« le stress »,
l’assaut des doutes, l’angoisse…

un peu
comme un déménagement…

ensuite
il faut s’installer
« faire son stand »
et enfin,
offrir ses œuvres au regard de l’étranger…

Mais c’est aussi
un dépaysement,
un temps de rencontres et d’échange,
souvent très sympathique à se demander pourquoi j’arrive à me mettre dans de tels états de panique avant…
une écoute du regard de l’autre…

Voilà comment Anne Bucher ANNIMAGE PLANETE m’a vu lors de
la rentrée des arts à Matzenheim
J’en ai été d’autant plus touchée que ce dessin a été fait à mon insu pour m’être ensuite offert gracieusement !
Et en prime ce croquis m’offre un vrai lifting 🙂

ANNIMAGE PLANETE
Une exposition c’est aussi de sympathiques exposants remplis de talents que l’on découvre…
Matzenheim Rentree des arts - septembre 2010

A 53… j’explose tout

Secrets de four 61

« Parce que l’on est jamais aussi bien servi que par soi même…
Parce qu’aujourd’hui est une date spéciale pour moi puisque annuellement cette date me rappelle le temps qui passe…
ma jeunesse fout le camp ! 🙂

un « Géométrie Parallèle éléphantesque »
encore plus grand
cuit à haute température rien que pour moi
de façon à pouvoir le laisser affronter les rigueurs de l’hiver
dans mon jardin. »

explosionVoilà ce que vous auriez du lire
puisqu’écrit dans l’impatience de l’ouverture de mon four…

Mais, en terre,
on est à l’abri de rien
et à l’ouverture
je n’ai pu que constater que je venais d’avoir réussi ma deuxième explosion… prétention !
C’est mon four qui a voulu m’offrir un feu d’artifice et c’est réussi…

Voilà ce qui arrive lorsque l’on travaille mal et laisse passer les bulles d’air lors d’un assemblage …mon four m'a fait la fête !
Il ne me reste plus qu’à réfléchir comment me servir de cette expérience….
A 53… j’explose tout 🙂

Pleurs d’éléphant – Michèle Ruffin

Pleurs d’éléphant

Tous ces dit et non dit qui font ma vie,
Tous ces maux et mots me font échos de ce chaos.
Partir ailleurs, vider mon cœur,
Rejoindre ma sœur, oublier les pleurs.

A ses heures, l’éléphant pleure
Y a pas d’erreur, l’éléphant pleure.

Toujours comprendre, encore entendre
Les nœuds au ventre quand, seule, tu rentres.
Prendre un chemin, oublier le chagrin,
Changer de destin, penser à demain.

Regarder la route, oublier le doute,
Partir coûte que coûte, l’éléphant doute.
Abstraction de soi, quelle est cette loi,
Et mon émoi à moi, d’éléphant sans voie.

Savoir en rire, pouvoir s’enfuir
enfin leur dire ce qu’ils me déchirent.
Et puis barrir pour se faire ouïr,
sourire, haïr, pour ne plus souffrir.

Pardonner l’erreur, rester sans rancœur
Est un dur labeur, mes illusions meurent
A ses heures, l’éléphant pleure.
Cadeau de Christophe qui trone depuis sur mon site ABC D éléphants

© Michèle RUFFIN – États d’âme « Pleurs d’éléphant »- septembre 2001

A ses heures, l’éléphant pleure
Y a pas d’erreur, l’éléphant pleure.

Joyeux anniversaire

MR 1957Il est des formules qui des jours prennent tout leur sens…
« Joyeux anniversaire »
merci à toutes et à tous
qui vous êtes souvenus qu’un 27 août, il y a 52 ans est né un petit truc dodu qui en grandissant est devenu ce que je suis…

Merci d’avoir permis à mon broc
de se mettre en valeur
Merci Lucas et LucieLucas_Lucie__

Et
parce que vous le valez bien,
un petit partage
de ce magnifique bouquet,
gâterie
entre beaucoup d’autres
dont j’ai été l’heureuse victime…

L’éléphant de Pâques

L’éléphant de Pâques

Chaque année, avec la fin de l’hiver,Oscar, l'éléphant blanc de Pâques
dans le troupeau tout va, bien sûr, à l’envers.

Barrissements, cris, colère à nouveau
La chamaille est de mise, les mots volent haut…
Qui sera l’heureux nouveau, sortant du lot,
pour faire à Pâques la tournée des cadeaux ?

Une grande tension règne, pesante ambiance…
C’est un privilège, une exceptionnelle chance

« Éléphant de Pâques » n’est pas titre donnéoeuf
Pour se rendre vers les maisonnées
au hasard à n’importe quelle descendance.

L’éléphant se doit d’être bien agile,
souple, autant que peut, et habile
n’oublier aucun de tous les petits jardins
pour y déposer de bons œufs au matin.

Le passage de l’éléphant peut être décevantoeuf
Quand au hasard de ses déplacements
Il piétine crocus, tulipes, salsifis…
Au vu des dégâts, des régions sacrifient
à la croyance des cloches ou lapins
et dans ce troupeau, on ne veut pas de fin.

Remplacer l’éléphant par une cloche,
si belle soit-elle, c’est vraiment trop moche
Quant à imaginer lièvre ou lapin,
c’est complètement absurde, enfantin.

Oscar, l’éléphant blanc se prépare,
il veut que ce soit lui cette année qu’on pare
il ira chez les hommes là bas, tout là bas
pour distribuer les succulents chocolats.

Déjà il se voit : sur son dos la corbeille oeuf
tressée d’osier et finement décorée
Et ces œufs peints à la trompe d’éléphant
qui ravissent tant les yeux d’enfants.

Tout ce chocolat qui flatte son odorat
Il ira là bas sans faire de dégâts.
La réussite trotte dans sa tête
Oscar gagnera et sera à la fête.

oeufTant qu’ il y aura des studieux éléphants,
Ils apporteront n’ayez aucun tracas
aux enfants jaunes, blancs ou noirs du chocolat
cette année Oscar sera l’heureux gagnant.

© Michèle RUFFIN – Etats d’âme « l’éléphant de Pâques » – mars 2001

Chaque année, avec la fin de l’hiver,
dans le troupeau tout va, bien sûr, à l’envers.

L’Eléphant de Noël – Michèle Ruffin

Depuis la nuit des temps,
et quelque soit le temps,
La nuit de noël l’éléphant
se déguise en barrissant
pour la joie des enfants
petits et grands.

L’éléphant de Noël
derrière ses oreilles
dans une grande corbeille
tressée par les abeilles
apporte des merveilles

Avec sa trompe, il prend
lentement un présent
et dans un barrissement
ressemblant à un tintement
le tend tendrement à l’enfant
qui le prend avec ravissement.

Maintenant il est temps
de dire à tous les enfants
un secret assourdissant
depuis la nuit des temps
déguisé de rouge et blanc
le père noël est un éléphant.

© Michèle RUFFIN – états d’âme – décembre 2000
Depuis la nuit des temps, et quelque soit le temps, la nuit de noël l’éléphant se déguise en barrissant pour la joie des enfants petits et grands.