Le calvaire des élephants de Bangkok

Autrefois symbole vénéré du royaume (jusqu’en 1919 un éléphant blanc figurait sur le drapeau de Thailande) les éléphants sont aujourd’hui souvent transformés en attractions ambulantes dans les rues de Bangkok

Impossible de ne pas croiser leur chemin au moins une fois, si vous passez dans un des quartiers touristiques de Bangkok accompagné de son “mahout” , le noble animal déambule l’oeil mi-clos au beau milieu des néons et des karaokés hurlants. Un spectacle bien peu réjouissant, mais qui n’empêche les touristes de payer 20 à 40 baht pour avoir le droit de nourrir le pachyderme.

Au cas où vous ne le sauriez pas, les éléphants sont interdits de séjour à Bangkok…
Il y a même une brigade de police spécialisée, la Stray Elephant Task, crée en 2006 pour renvoyer les éléphants chez eux, et dont le peu d’efficacité ne décourage pas les cornacs venus à Bangkok attirés par l’argent. Une bonne journée peut rapporter près de 2000 baht à un cornac, alors qu’un salaire mensuel non qualifié est aux alentours de 8000 baht par mois.

elephant_bangkok

 

article intégral

 

De toutes les activités illégales qui animent les rues de Bangkok – la vente de DVD piratés et de fausses montres, les bordels qui s’appellent saunas -, une se démarque particulièrement des autres.

Les éléphants, qui ne sont pas supposés flâner dans les rues de la ville, le font pourtant presque tous les soirs.

Depuis près deux décennies, les énormes mastodontes gris se promènent à travers la ville grise, arrêtant dans les quartiers touristiques où leurs propriétaires donnent de la canne à sucre et des bananes aux passants afin que ceux-ci nourrissent les bêtes géantes.

Quelques fois, les éléphants brisent les miroirs des voitures ou trébuchent dan les gouttières et se coupent sur des objets tranchants

article integral

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *