Jacques Brel (8/04/1929 – 9/10/1978)

Le temps passe, les souvenirs restent.
Aujourd’hui serait son anniversaire….!

Jacques Romain Georges Brel, (né le 8 avril 1929 à Schaerbeek dans la Région de Bruxelles décédé le 9 octobre 1978 à Bobigny en France à l’âge de 49 ans), était Artiste, Chanteur, Compositeur et Musicien (Belge)

Peu intéressé par l’école, excepté par les cours de français, il joue des pièces de théâtre en amateur au sein de la Franche Cordée, et son père le fait entrer dans la cartonnerie familiale, travail pour lequel il n’a aucun goût. Il réfléchit très sérieusement à une reconversion, soit dans l’élevage de poules, soit dans la chanson.
Il choisit cette dernière voie.
Il écrit n’importe où, n’importe quand.

À partir de 1952, il compose ses premières chansons qu’il chante dans le cadre familial ou lors de diverses soirées dans des cabarets bruxellois. Il fait déjà preuve de cette puissance lyrique (tant dans les textes que dans son interprétation) qui rebute sa famille qui ne l’encourage pas à continuer.

En 1955, il s’installe à Montreuil avec sa femme et ses deux premières filles. Cela va être l’année de son premier 33 tours. Comme il chante pour des organisations chrétiennes, Georges Brassens le surnomme gentiment « l’abbé Brel ».

Petit à petit, Brel trouve son public, et rencontre le succès lors de ses spectacles. En 1957, c’est le second 33 tours, qui reçoit le Grand prix de l’Académie Charles-Cros.
En1958 naît sa troisième fille et c’est le succès à l’Olympia. Tête d’affiche à Bobino fin 1959 et à partir de là, les tournées s’enchaînent à un rythme infernal, Brel faisant parfois plus de concerts qu’il n’y a de jours par année.
Rarement un chanteur aura exprimé ses rages et ses passions avec autant de sincérité et de gravité que Jacques Brel.

En 1966, il décide d’abandonner la chanson.
Le 16 mai 1967, il donne son dernier récital à Roubaix.

Eté 1967, il tourne dans son premier long métrage, Les Risques du métier du réalisateur André Cayatte. Ce sera un succès. Puis il commence à voyager en voilier.
En 1968, à Bruxelles, il crée la version francophone de L’Homme de la Mancha, interprétant le rôle-titre de don Quichotte aux côtés de Dario Moreno dans le rôle de Sancho Pança.
Au début de l’été 1969, il interprète, dans le film d’Édouard Molinaro, dont il fait également la musique avec François Rauber, le rôle de Mon oncle Benjamin

Il va tourner ensuite dans un certain nombre de films, et en réalisera un lui-même en 1971, Franz (Barbara écrivant une partie de la musique), puis un deuxième qui sort en 1973, Far West, qui sera un échec.

Son dernier rôle reste mythique : il campe le dépressif François Pignon, le personnage récurrent de Francis Veber, face au tueur à gages « monsieur Milan », alias Lino Ventura, dans L’Emmerdeur, à nouveau réalisé par Édouard Molinaro.

Il rencontre également le succès aux États-Unis d’Amérique et au Royaume-Uni.

En 1974, il abandonne tout et part en voilier (l’Askoy) avec Madly Bamy qu’il a rencontrée lors du tournage du film L’Aventure c’est l’aventure de Claude Lelouch.Il est déjà malade et est opéré d’un cancer au poumon. Il décide de se retirer aux Marquises.
Pilote privé depuis 1965 et utilisateur d’un bimoteur Beechcraft Twin-Bonanza acheté par Madly Bamy en novembre 1976, il fait l’avion-taxi pour rendre service aux habitants en les transportant entre Hiva-Oa (Marquises) et Tahiti sur un trajet maritime de 1430 km demandant de 4h20 à 5 heures de vol.

En 1977, malgré la maladie qui gagne du terrain, il revient à Paris pour enregistrer son dernier album.
Il retourne aux îles Marquises après cet enregistrement, avant qu’en juillet 1978 son cancer ne s’aggrave. Il est rapatrié en France métropolitaine où il meurt le 9 octobre 1978 à l’hôpital Avicenne à Bobigny.

Jacques Brel repose au cimetière d’Atuona à Hiva Oa dans l’archipel des îles Marquises, à côté de Paul Gauguin.

free music

En 1981, sa fille France crée la Fondation Jacques Brel destinée d’une part à faire connaître à un large public l’oeuvre de l’artiste, mais aussi à soutenir la recherche contre le cancer et l’aide à l’enfance hospitalisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *