2 éléphants et 2 enfants tués dans le parc des Virunga

Les deux éléphants portent à cinq le nombre total d’éléphants tués par les FDLR au cours de cette semaine dans la partie du parc entre Kiwanja et Kanyabayonga, dans le territoire de Rutshuru.
(11 éléphants ont été tués dans cette région centrale du Parc depuis début août)

Deux enfants ont été tués par des gardes du Parc national des Virunga, près de Béni, dans l’est de la République démocratique du Congo
Un enfant de 14 ans a été tué lundi par un garde qui l’avait pris pour un braconnier
L’enfant a été tué dans le nord-est du Parc, près de Ruhenzori, à 50 km de Béni. “ Selon sa famille, l’enfant n’était pas un braconnier. Il gardait simplement le champ de riz con­tre les oiseaux en bordure du parc ”
La famille a tenté sans succès de récupérer la dépouille mortelle de l’enfant auprès des gardes, et, le lendemain, une centaine de villageois ont organisé une manifestestation de protestation.
« Les gardes ont alors tiré sur la foule, un garçon de huit ans a été tué par balle »,

La mort des deux enfants intervient au moment où les actions des gardes s’intensifient contre le braconnage de la faune des Virunga et la « carbonisation » (abattage du bois pour en faire du charbon) par les bandes armées qui occupent le Parc.

article intégral
article intégral

Asie, abattu de 20 balles

Cet éléphant mâle sauvage baptisé Oussama ben Laden , qui terrorisait des villageois de deux États, saccageait les récoltes et les habitations sur son passage a été abattu dans l’est de l’Inde.

Des policiers et des garde-forestiers ont traqué l’animal dans l’État de Jharkhand, où il a finalement pu être abattu de 20 balles.

Des centaines de villageois se sont rassemblés pour voir la dépouille de la bête.

Source

Asie, un éléphant sauvage fait 7 morts et 24 blessés…

NEW DELHI – Un éléphant sauvage a pénétré jeudi dans un village du nord de l’Inde, faisant sept morts et 24 blessés avant d’être abattu, selon les autorités.

Cette femelle éléphant a pénétré dans le village de Bhudaheda, situé en bordure du parc national Jim Corbett, (Le parc Jim Corbett est situé à environ 600 kilomètres à l’est de New Delhi) et a commencé à détruire les cultures.
L’éléphant s’est apparemment égaré de son troupeau avant d’entrer dans le village, a précisé Belinda Wright.
Les habitants ont essayé de l’effrayer avec des tambours.
C’est à ce moment-là que le pachyderme a commencé à piétiner les villageois.
Il a ensuite été abattu sur ordre des autorités de l’Etat d’Uttarakhand. Plus de 100 balles ont été tirées pour en venir à bout…

Plusieurs incidents se sont produits dernièrement dans lesquels des animaux sauvages ont attaqué et tué des être humains, les contacts étant de plus en plus fréquents en raison de la diminution des habitats naturels de ces espèces.

article intégral

la chasse aux éléphants est réouverte en Afrique

Afrique du Sud : la chasse aux éléphants est réouverte

L’Afrique du Sud a mis fin vendredi dernier à un moratoire, en vigueur depuis 1994, sur la protection des éléphants en autorisant leur abattage. Le fort accroissement de leur population, qui est passée de 8 000 à 20 000 têtes, ces dix dernières années a fait d’eux une menace pour les êtres humains dont ils partagent l’habitat.

article intégral

I used to dream
I used to glance beyond the stars
Now I don’t know where we are
Although I know we’ve drifted far

Michael Jackson – Earth song

free music

 

Les éléphants en danger dans le parc kenyan d’Amboseli

Les défenseurs de la protection de l’environnement du Kenya ont mis en garde contre la chute remarquable du nombre d’animaux sauvages dans le parc kenyan d’Amboseli, après qu’au moins 14 éléphants y eurent été tués à la lance entre janvier et février.

Selon les défenseurs des animaux, les causes des massacres des éléphants sont complexes, et peuvent être le produit de la vengeance, des protestations politiques, la légitime défense et la protection des cultures, la délinquance ainsi que le braconnage.

Le Kenya était l’un des pays le plus montré du doigt en termes de mauvaise réputation pour la protection de sa faune et flore dans les années 80 alors que des braconniers ont tué des dizaines de milliers d’éléphants pour leurs ivoires. Depuis lors, le service de protection des animaux sauvages du Kenya a enregistré de grands progrès dans la lutte contre le braconnage et le pays préconise toujours le maintien de l’interdiction du commerce d’ivoire.

Article intégral

Cinquième éléphant abattu dans le parc national des Virunga

Un éléphant a été abattu la nuit du 15 au 16 mars dernier, par des hommes en arme inconnus, près de Mabenga en station de Kabaraza, environ 80 kilomètres au Nord de Goma, dans le parc national des Virunga. Un seul quartier de ce gros mammifère a été retrouvé par les patrouilleurs de l’ICCN sur le lieu de l’abattage. Les restes, y compris les défenses, étaient emportés par les braconniers.
Pour ce gestionnaire du parc, cet éléphant est le 5ème à être abattu dans ce secteur depuis le mois de décembre dernier.

article integral

L’abattage des éléphants en Afrique du Sud

La position du WWF

Le WWF reconnaît qu’une surpopulation d’éléphants au niveau local est un défi important pour de nombreux Etats d’Afrique du Sud. On ne peut que souligner le travail de conservation efficace qu’a effectué le gouvernement sud-africain. Mais aujourd’hui, les difficultés rencontrées par l’Afrique du Sud pour gérer une population croissante d’éléphants sont réelles.

Le WWF félicite le gouvernement sud-africain d’avoir entrepris un vaste processus de consultation et tenté de concilier tous les points de vue, avant de choisir une approche décisive qui permet de résoudre le problème.

Le WWF encourage les gouvernements à n’utiliser l’abattage qu’en dernier recours : quand toutes les autres options (qui n’impliquent pas la mort des animaux) ont été envisagées et que, preuve à l’appui, celles-ci ne s’avèrent pas aussi efficaces pour la gestion des populations d’éléphants.

article integral

CONGO : braconnage dans le parc de la Salonga

l’ICCN dénonce le braconnage à grande échelle d’animaux dans le parc de la Salonga par les populations riveraines dans le parc de la Salonga, situé dans la province de l’Equateur, ouest de la République démocratique du Congo (RDC).

– risque de connaître l’extinction de ce parc qui regorge une réserve importante d’essences et d’animaux sauvages

– abattage accru, par des éléments incontrôlés de l’armée congolaise, notamment des éléphants et des singes rouges dans la partie du parc de Salonga située dans le territoire de Dekesse.

– importante activité de vente de viande de ces animaux ainsi que de trafic de pointe d’ivoire était signalée dans cette contrée.

Créé en 1970, le parc de la Salonga est étendu sur 3.600.000 hectares dans la province de l’Equateur et sur une partie des provinces du Kasaï Occidental et de Bandundu. On y trouve notamment des Bonobos, des chimpanzés, des crocodiles, des hippopotames, des éléphants, des singes rouges. Il est parmi les huit parcs nationaux que compte la RDC et il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

article integral

ZIMBABWE • Dans l’éléphant, tout est bon ?

ZIMBABWEDans l’éléphant, tout est bon ?

Afin de réduire le nombre d’éléphants, qui nuisent à l’environnement, les autorités zimbabwéennes envisagent d’augmenter les quotas annuels de pachydermes à abattre. Elles souhaitent sécher la viande pour la rendre propre à la consommation humaine.

ARTICLE INTEGRAL

Non mais, là…, si j’avais encore des doutes, je deviens vraiment végétarienne !

et rassurez moi dites moi que cela vous fait le même effet…

proverbe chinois  » Avec un coeur avide, un serpent peut même avaler un éléphant «