Mais qu’as tu donc fait de ta prostate ?

Mais qu’as tu donc fait de ta prostate ?
Ne riez pas
Je vous voie dire « ça y est, Éléphant Gris a pété un câble »
alors pour vous répondre honnêtement
je dirai
oui et non…

Aujourd’hui, je serai bien en peine de vous citer une famille
qui n’est pas confrontée de près ou de loin au nouveau fléau
dont je vais éviter de prononcer le nom…
effet de style pour faire « Harry Poter » 🙂
Octobre Rose bat son plein
les filles, de tout âge, sont sensibilisées à la question
et j’espère entendu et reçu le battage médiatique pour se faire dépister…
Pour nos hommes, c’est un autre débat
on plaisante, on rit, mais se fait on vraiment dépister
Je n’entends pas lancer Novembre bleu 🙂
mais visiblement beaucoup de ces Monsieurs se retrouvent dans des situations critiques car ils se trouvent confrontés trop tard au problème.
Et pourtant le dépistage existe…

Ce préambule
pour tout simplement vous dire que
parce que les choses ont été prises trop tard
euh ! pardon la bête est dans ce cas déchaînée, il parait que c’est un cas de cancer fulgurant…
mon conjoint se bat contre une saloperie qui connaît son terrain….
Avant, comme tout un chacun, je pensais que les problèmes de prostate était un truc de vieux (On a toutes et tous le cas d’un pépé lointain qui avait ça et n’en est pas moins parti presque centenaire.)
et que de toutes façons c’était un cancer facile car à évolution très très lente?

mais ça c’était avant

On arrive à la cinquantaine. On se couche le soir comme tous les soirs, et un matin tout est différent, la bête est annoncée et, croyez le ou non, ça ne prévient pas mais cela vous change la vie…
Alors commence la course folle des examens
on découvre des tas de spécialités médicales dont la veille encore on ignorait l’existence, mais surtout, on se retrouve bien seul devant ce qui représente pour soi en quelque sorte la fin du monde…
Quand le mot interdit est lâché, on ne rigole plus.
Un temps premier, vous faîtes la joyeuse expérience de la prostatectomie suivie de radiothérapie, et de l’hormonothérapie
(super, on vous vole la vedette, vous ne pouvez même plus vivre les effets de votre ménopause sereinement, parce que ces messieurs quand ils ont des états d’âme et bouffées de chaleur,
ça vaut le détours 🙂
je plaisante parce qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer)

Les questions s’emballent, impuissance, incontinence, combien de lendemains encore, dans quelles conditions vivra t on, comment évoluera la bête si on ne l’éradique pas, et tout et tout…

Puis, pris en charge, absorbés par les traitements on devient accro aux statistiques, descend, monte ou monte pas (je parle du taux de PSA)… Quand le taux baisse la confiance revient, quand il monte on se questionne… même si on vous dit que cela ne veut rien dire alors pourquoi on continue de le chercher chaque semaine ?

Et bien sur outre le message voulu rassurant du corps médical vous restez sur votre faim…
Un temps second, vous êtes devenu hormonorésitant, vous aurez droit de vous essayer à la chimiothérapie… et bonus de faire la chasse aux métastases…
Comme vous êtes un peu désemparé face à l’évolution de la chose, vous découvrez les différents actes au fur et à mesure, mais il parait que c’est mieux car chaque cas est différent …
Heureusement, divers « bobos » (appelation sympathique données aux douleurs récurentes) viennent vous sortir de vos rêveries et Dame Fatigue se fait omniprésente….
On en arrive à se demander de quoi on pouvait bien se plaindre avant, car si la vie était parfois difficile, maintenant avec une épée de Damoclès sur la tête vous n’arrivez plus à vous projeter dans un demain et cela a un côté très lugubre.
A ce stade, nous avons déjà 6 ans dans les reins… mais il faut rester confiant, la médecine progresse…

Voilà, la vie continue, il faut faire avec
Je ne vais pas m’étendre sur cette maladie dont je ne suis qu’un spectateur, aux premières loges, certes, mais spectateur tout de même…
Il y a mieux mais c’est plus cher 🙂

Dans mes moments d’égarements, où les angoissent sont trop présentes et les réponses trop absentes, je surfe sur la toile à la recherche de………. de quoi au juste, on ne sait trop
mais parfois on trouve des « compagnons » d’infortune qui se livrent,

un voyage – « voyage avec mon cancer » bien courageux dans lequel je retrouve bien des similitudes avec ce que je vis…. euh, pardon de ce que vit ou a vécu mon compagnon

Mais parfois on lit des choses blog d’un condamné à vous faire pleurer toutes les larmes de votre corps et on apprend que c’est juste du roman,
on rit jaune
même s’il convient de saluer les talents de l’auteur 😉

Il m’est difficile de trop étayer les choses car vous l’aurez compris, se livrer n’engage pas que moi et je ne sais si mon « Autre » serait ravi de se retrouver dans mes écrits… je vais lui laisser le plaisir de le découvrir si le hasard le fait se perdre sur mes pages…

Voilà, un p’tit partage de mes états d’âme qui justifie à défaut de les excuser mes absences sur la Toile et dans mon Atelier.

 

4 ANS PLUS TARD

10 réponses sur “Mais qu’as tu donc fait de ta prostate ?”

  1. Te lire me fait beaucoup de peine pour tous les deux et m’a renvoyé 15 ans en arrière avec les mêmes problèmes pour mon mari . Les angoisses, les traitements, les effets secondaires et ce taux de PSA, l’angoisse suprème. Mais tu vois 15 ans après, il est toujours là, contrôlé tous les 6 mois, et « guéri » (mais l’est-on jamais?).
    A l’époque , on n’en parlait pas, mais tous nos amis hommes ont eu droit à ma question crue: « as-tu fait contrôler ton taux se PSA? » Plusieurs ont été dépistés à temps. Je crois que c’est un devoir à nous, femmes d’alerter les hommes de notre connaissance, au même titre que le dépistage du cancer du sein.
    Ma chère Michelle, mon amie virtuelle, je te (vous) souhaite beaucoup de force et d’amour pour surmonter cette épreuve. Je crois vraiment à la force de l’esprit sur la guérison.
    Bises

  2. Michèle, tu sais que j’aime le RUGBY
    Il y a un mouvement pour les hommes/nos hommes
    qui participent à l’action

    Chers Membres,

    Voilà c’est le début du mois de Novembre et donc de l’action Movember !

    Mais qu’est-ce que Movember ? Le mouvement caritatif indépendant Movember créé en 2003 en Australie propose aux hommes ce défi de se laisser pousser la moustache tout le mois de Novembre. Le but de l’opération est de récolter des dons et de sensibiliser au cancer de la prostate ou des testicules et sur la santé mentale. Movember a pour objectif de faire changer à long terme et définitivement le visage de la santé masculine.

    Alors sur Rugbygeneration, on a décidé de s’y associer et de récompenser la plus belle moustache. Pour cela c’est simple, laissez pousser votre moustache pendant le mois de Novembre, postez vos photos dans la rubrique « Photo du Dimanche » et la photo élue de la plus belle moustache gagnera un superbe sweat RugbyDivision.

    Laissez vous pousser la moustache pour le bonne cause !

    La #TeamRG.

    je te laisse découvrir, bises à toi et courage à vous

  3. J’ai vu ce reportage sur les recherches mais ce qui rassure est ce que dit Nanouka : elle a vécu ces moments très difficiles mais le résultat est là,et il ne faut pas que tu perdes espoir.Surtout garde le moral et pour lui ce sera aussi très réconfortant.
    Je prends une grande part à ta douleur et à tes doutes mais pourquoi cela n’irait pas dans le bon sens.
    Je t’embrasse très amicalement,Nadine.

  4. bonsoir éléphant gris
    je lis avec tristesse ton message.
    La bataille vaut le coup
    j’ai malheureusement vécu un problème de santé de mon mari
    c’est vrai du jour au lendemain on est dans un autre monde, entre les mains de la machine médicale…
    c’était très difficile pour lui …pour mes enfants…pour moi aussi…
    cela s’est bien terminé pour nous…merci au monde médical.
    ce qui m’a aidé le réconfort des proches, un calepin où je notais les soubresauts positifs pour ne m’accrocher qu’à cela
    bon courage
    Le vieil éléphant sait où trouver de l’eau
    marie

  5. Oui , on connait hélas tous quelqu’un dans cette situation . Bon courage pour cette épreuve , très longue mais qui souvent a une bonne issue , j’en ai la preuve dans ma famille; moi aussi je croyais que c’était un problème de vieillesse mais non plus maintenant.
    Garde le moral et la force de l’aider dans cette épreuve avec ta passion , c’est un bon moyen de supporter ces mauvais moments.L’amour aussi y fait beaucoup.On en ressort plus fort et on voit les choses différemment après.
    Milles bises , une amie virtuelle de Saône et Loire

  6. merci les filles
    oui c’est difficile
    oui c’est facile de se plaindre
    oui il faut croire à demain

    mais en attendant le doute, les questions, et surtout la souffrance de l’Autre est là

    et cela
    il faut faire avec

    en tout cas merci de vos « commentaires » ou plutôt messages réconfortants, cela me fait un grand bien, merci

  7. Nous sommes tous de tout coeur avec toi. Cela n’a pas du être facile de te livrer ainsi mais vivre la maladie est encore plus difficile alors courage, nous espérons tous ensemble que la santé de ton mari va s’améliorer. Ne perdez pas espoir. Bises

  8. Je viens de lire ton message , je suis de tout coeur auprès de toi dans ces moments difficiles, je ne peux pas t’aider si ce n’est crée et vendre des créations dans le but de trouver des sous pour la recherche contre le cancer, je le fais déjà avec l’étoile de Martin. La recherche avance mais trop lentement à mon goût. Gros bisous

  9. se sont des moments plusque difficiles mais il faut y croire car comme on dit tant qu’il y’a de la vie y’a de l’espoir
    pour être passée par là (et j’y suis jusqu’au dernier jour de ma vie à moins que la médecine …..) bref il faut s’accrocher vivre à fond et puis justement les rares êtres que l’on M de toute son âme eux ils ne veulent pas nous voir nous éteindre alors rien que pour eux il faut se battre ……….je sais que se sont des instants ou l’on a envie de baisser les bras bah non il faut continuer d’avancer je te souhiate beaucoup de courage de force de tendresse et d’amour et ensemble vous vainquerez ce saloprix de bestiole je t’envoie des ondes positives (la vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie)si tu as besoin de parler ……………

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *