IFAW ou quand les éléphants attérissent !


Atterrissage d’un éléphant sur la piste d’un aéroport.
Une publicité pour l’ IFAW (Fonds international pour la protection des animaux)

Le plus grand des mammifères terrestres subit les affres du braconnage. Ce marché vaudrait des dizaines de milliards de dollars. Le commerce d’ivoire est illégal depuis une vingtaine d’années, mais les éléphants sont toujours très menacés avec le trafic illégal de certains produits d’origine animale. Chez moi les éléphants restent accrochés au plafond...
Les éléphants sont actuellement environ 600 000, mais ils diminuent d’environ 38 000 par an ce qui est bien inférieur au nombre annuel de naissances.
En laissant les choses continuer ainsi, l’éléphant aura disparu d’ici une quinzaine d’années seulement.
Je sais bien que certains prédisent la fin du monde pour 2012, mais dans le doute est il utile de laisser nos éléphants disparaître… et de dormir sur nos lauriers en ce disant « après nous le déluge »…

Démènagement d’éléphants

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) annonce que la translocation des 60 éléphants programmée pour répondre aux conflits homme-éléphant dans la région de Phirilongwe, au sud du Lac Malawi, a débuté.
IFAW a convenu d’un partenariat avec les autorités du Malawi visant à déplacer les 60 pachydermes au centre d’un violent conflit les opposant aux populations locales, dans une région peuplée par des villageois pratiquant une agriculture de subsistance, au sud du Lac Malawi. L’expansion démographique a conduit à une destruction de l’habitat naturel des éléphants, les contraignant à se nourrir des cultures ou du contenu des greniers.
Le gouvernement du Malawi a opté pour une solution éthique et pragmatique en choisissant un partenariat lui permettant de déplacer les animaux vers la Réserve faunique de Majete plutôt que de céder à la solution de facilité qu’était celle de leur abattage en masse.

Dans ce cadre, au Malawi, neuf éléphants dont trois éléphanteaux ont été capturés après avoir été anesthésiés à l’aide de fléchettes.
A leur réveil, une fois l’antidote administré, ils ont pris la direction de la Réserve faunique de Majete située à six heures de route de la zone de capture
Les prochaines captures devraient se dérouler de manière tout aussi fluide, la capture et le transport des éléphants étant orchestrés par une société de capture sud-africaine, spécialisée dans la manipulation des grands mammifères africains et reconnue pour son expertise et son approche éthique des méthodes de capture.

Afin de se protéger de ces invasions et de protéger leurs ressources, les villageois les ont repoussés en ayant recours, pendant des années, à des méthodes cruelles
l’un des éléphants capturés présentait d’ailleurs une trompe amputée probablement suite à l’action d’un piège.

Pour toute information sur la translocation rendez-vous sur le site www.ifaw.org.
et mises à jour relatives à l’opération en cours


IFAW, l’une des principales organisations mondiales de protection animale, dispose de représentations dans 16 pays et œuvre à la protection animale dans plus de 40 états. Depuis son siège social aux Etats-Unis, IFAW concentre ses campagnes sur l’amélioration le bien-être des animaux sauvages et domestiques dans le monde entier, par la diminution de l’exploitation commerciale des animaux, la protection de l’habitat sauvage et le secours aux animaux en détresse.